Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Sortir de l’ombre

Sortir de l’ombre

Fort du succès de la nouvelle Classe C berline, lancée en mars dernier, Mercedes veut faire sortir sa version break de l'anonymat.Si la Classe C est incontournable sur le marché des berlines premium du M2, ce n'est vraiment pas le cas...
...de sa version break. On pourrait même dire qu'elle est quasi inexistante dans l'Hexagone avec seulement 815 ventes en 2006 ! Soit 3,3 % des 24 400 unités immatriculées en 2006 sur ce segment. "Nous ne sommes pas satisfaits de la performance enregistrée jusqu'ici, lance François le Clec'h, le directeur du Mercedes Car Group, mais avec cette nouvelle génération, nous allons tout mettre en œuvre pour atteindre 7 % du segment dès 2008." Un marché du break premium largement dominé par les constructeurs allemands, Audi et BMW en tête avec respectivement 6 778 A4 Avant et 2 466 Série 3 Touring. Le retard de la Classe C break est donc bien réel. Pour tenter de le combler, Mercedes proposera dès le lancement, le 1er décembre prochain, une série spéciale pour marquer cette volonté de gagner du terrain. Le constructeur promet un "vrai lancement" et pas une entrée en catimini dans les showrooms. Le travail sur les tarifs vient également confirmer les ambitions du constructeur. En effet, si la génération précédente demandait 1 800 e de plus que la berline, cette nouvelle Classe C break sera facturé seulement 1 450 e de plus.

LA CLASSE C BREAK EN BREF

  • Date de lancement :
    1er décembre 2007
  • Segment de marché :
    Break premium M2. 24 400 unités en 2006.
  • Objectifs :
    7 % du segment en 2008 contre 3,1 % en 2006.
  • Principales concurrentes de la C 220 CDi 170 ch Elgance (37 050 Euros) : Audi A4 Avant 2.0 TDi 170 ch DPF Ambiente : 34 790 Euros ; BMW 320d Touring 177 ch Confort : 36 150 Euros ; Alfa 159 SW 1.9 JTDm 150 ch Distinctive : 31 200 Euros
  • Prix essence/diesel :
    de 31 350 e à 47 950 Euros
    de 33 050 e à 47 750 Euros
  • Une C 250 Bluetec en 2009

    A l'image de la berline (voir JA N° 1000 du 27/04/2007), le break pourra compter sur 8 motorisations. France oblige, les 4 cylindres Diesel (200 et 220 CDi) devraient dominer le mix et comme pour s'assurer d'un certain succès, Mercedes les a particulièrement soignés. Ces blocs affichent des consommations en baisse de 6 % en moyenne tout en offrant 13 % de puissance en plus. Ainsi la version 220 CDi, la plus vendue, demande 6,1 litres pour parcourir 100 km soit 0,7 l de moins que la précédente évolution moteur qui par ailleurs se limitait à 150 chevaux contre 170 aujourd'hui. Et ce panel de mécanique, qui accueille également des 6 cylindres essence et Diesel, va encore s'élargir avec dès le mois de janvier dans les showrooms, la monumentale C 63 AMG qui cache un V8 de 457 chevaux. A l'opposé de ce missile bientôt à l'essai dans le JA, si la consommation est votre principal critère, une C 250 Bluetec sera au catalogue dès 2009 avec un cycle mixte annoncé à 4,9 litres. Viendra ensuite la C 300 Bluetec Hybrid qui se contentera de 4,6 litres. Mais revenons au break d'aujourd'hui. Comme la berline, il dispose de deux faces avant distinctes et il y a fort à parier que la proportion jusqu'ici constatée, qui a d'ailleurs surpris Mercedes, ne varie pas. En effet, à l'époque du lancement de la berline, le constructeur tablait sur une répartition 50/50 entre l'Elegance et l'Avantgarde mais cette dernière, plus sportive, agressive et dynamique, représente 70 % des ventes. Un dynamisme que l'on retrouve partiellement dans le design de la partie arrière où les rondeurs de la génération précédente ont laissé place à des traits plus tendus. Le hayon est ainsi plus vertical au service d'une plus grande capacité de chargement. Car n'oublions pas qu'il s'agit tout de même d'un break. Le volume peut ainsi varier de 485 à 1 500 litres selon la configuration intérieure. Soit un gain de 146 litres, permettant par là même de devancer ses deux concurrents germaniques de 50 et 100 litres. Si toutefois cette capacité n'est pas suffisante, cette Classe C peut tracter jusqu'à 1 800 kg en remorque. Mercedes a donc largement revu sa copie, avec succès, mais gare à la nouvelle version de l'Audi A4 Avant, reine incontestée de ce segment avec un mix proche de 50/50, qui sera disponible au printemps prochain. Une belle lutte en perspective.

    Cet Article est extrait de
    Pour le découvrir, cliquez ici
    Ajouter un commentaire
     
    Pour laisser un commentaire,  
     Inscrivez vous 
    Plus d'articles
    Le groupe Renault renforce ses positions hors d'Europe

    Le groupe Renault a annoncé des résultats records pour 2017 avec des ventes en hausse de 8,5%. Une croissance à mettre au crédit de l’internationalisation du groupe, conformément à son plan Drive

    Rendez-vous en 2018

    Votre newsletter quotidienne fait une pause hivernale. La rédaction du Journal de l'Automobile vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d'année. Retrouvez-nous dès le 2 janvier 2018 !

    Peugeot sur la piste des Genius

    Une expérimentation a lieu dans le réseau français de Peugeot. Sur un modèle proche des Genius de BMW, la marque souhaite évaluer la pertinence de conseillers en amont du parcours d'achat.

    Mitsubishi se positionne déjà dans l'Alliance Renault-Nissan

    Depuis le Tokyo Motor Show, Mitsubishi a précisé les contours de son intégration dans l'Alliance, son apport s'articulant notamment autour de quatre axes. Trevor Man, COO de Mitsubishi Motors nous en dit plus.

    PSA va lancer Distrigo sur le marché chinois

    Après l'Europe et l'Amérique du Sud, la marque tricolore rassemblant l'ensemble de l'offre en pièces de rechange multimarques du groupe PSA fera son apparition en Chine d'ici la fin de l'année.

    Exclusivité JA : AAA Data lance Predictive Solutions

    AAA Data lance une offre prédictive d’achat sur le marché automobile français, afin d'aider les professionnels à identifier les potentiels acheteurs de véhicules à un horizon trois mois.

     
    Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page