Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Mercedes Classe E : Sous surveillance

Mercedes Classe E : Sous surveillance

Renouveler son cœur de gamme n'est jamais chose aisée. Conscient de la difficulté, Mercedes a fait le choix d'offrir à sa nouvelle Classe E ce qu'il avait de meilleur. Cela se traduit notamment par des...
...mécaniques consommant 23% de moins mais surtout par un ensemble d'équipements au service de la sécurité des occupants.

Dans la gamme d'un constructeur, tous les modèles n'ont pas la même importance. Si certains sont davantage là pour soigner l'image que les marges, d'autres sont carrément vitaux. Et Mercedes ne déroge pas à la règle. "La Classe E est tout simplement le modèle le plus important pour la marque", avait prévenu Thomas Weber, membre du directoire et responsable de la R&D de Daimler AG, lors du dernier Salon de Genève. La Classe E demeure, même si la Classe C lui est supérieure en volume de vente, le cœur historique de la marque et sans doute l'un des modèles les plus rentables. Depuis 1947, Mercedes a vendu plus de 10 millions de berlines haut de gamme. Dans l'Hexagone, depuis cette même date, environ 400 000 Classe E ou aïeules ont été vendues. Les berlines haut de gamme à l'étoile ont donc une longue histoire jalonnée de succès et aussi bien Stuttgart que Paris veulent que cela continue avec cette nouvelle génération. Mercedes a déjà enregistré 40 000 commandes dans le monde dont 2 000 en France. Cependant, il serait illusoire de penser pouvoir atteindre à nouveau les volumes du passé car le marché a profondément évolué et notamment en France. Depuis 2003, ce segment ne cesse de perdre du terrain à raison de 10 à 20 % par an. Par exemple, il est assez peu probable que Mercedes retrouve les 10 500 unités de 2003. Cependant, faire mieux que les 3 217 immatriculations de l'année 2008 ne devrait pas poser de problème. Car en plus de compter sur un parc roulant de plus de 80 000 voitures et sur une clientèle très fidèle, Mercedes France pourra également s'appuyer sur le coupé Classe E dès le mois mai avant que n'arrivent le break et le cabriolet cet automne. La gamme sera alors quasiment complète. Quasiment, car je ne peux pas croire que Mercedes se prive du Shooting Break, du break de chasse, dont le concept Fascination découvert au dernier Mondial de Paris donnait un avant-goût. Un modèle, sans doute aussi fort en termes d'image qu'a pu l'être le CLS ces dernières années. Bien qu'aucune production ne soit confirmée, un représentant de la marque a avoué que le travail sur ce modèle se poursuivait. Mais revenons au présent, à la nouvelle berline.

LA CLASSE E EN BREF

  • Date de lancement :
    Disponible depuis le 28 mars
  • Segment de marché :
    Berlines de luxe en recul de 35% en 2008 à 19250 unités.
  • Objectif de vente *:
    6 000 unités.
  • Principales concurrentes de la E 250 CDi Avantgarde 204 ch BM6 : 51 400 euros

    Audi A6 2.7 TDi 190 ch DPF Ambition Luxe : 45 900 euros

    BMW 525d Luxe 197 ch : 51 700 euros

    Peugeot 607 2,7 HDi 204 ch
    Féline Titane : 49 800 euros

  • Prix :
    Essence : De 58 900 à 75 100 euros
    Diesel : De 41 600 à 56 900 euros

    * Estimation JA

  • Classe E Assist !



    "La nouvelle Classe E illustre notre stratégie : la modernité prend naissance dans l'ADN de la marque", avait expliqué Gordon Wagener, le directeur du design de Mercedes-Benz lors du dernier Salon de Detroit. Une filiation clairement visible sur les ailes arrière qui ne sont pas sans rappeler la Ponton de 1953. Pour autant, il serait réducteur de limiter le style de cette Classe E 2009 à une simple réinterprétation contemporaine de son héritage. Cette nouvelle génération joue même la carte d'une certaine agressivité avec des lignes tendues alors que la précédente était tout en rondeur. Un changement que l'on retrouve logiquement dans l'habitacle. Un véritable salon roulant qui n'a plus grand-chose à envier à une Classe S. Même constat pour les équipements. La Classe E est entièrement tournée vers le confort et la sécurité. Au chapitre du confort, en plus d'une ergonomie très travaillée, la E reprend nombre d'éléments de la S comme les sièges massants notamment. Avaler les kilomètres à son volant n'est donc pas une punition ! En plus, elle veille sur vous. En effet, parmi la multitude de systèmes au service de la sécurité des occupants tels le Pré-Safe Brake, le Brake Assist Plus, le Distronic Plus, l'éclairage intelligent ou le Lane Keeping Assit, cette nouvelle génération va plus loin avec la vision nocturne (comme sur la Classe S), le Speed Limit Assist et l'Attention Assist. Vous l'aurez compris l'Assistance est partout. Avec l'Attention Assist, Mercedes propose en série un système capable de "sentir" quand le conducteur n'est plus suffisamment attentif voire proche de s'endormir grâce à plus de 70 paramètres mesurés en permanence. Le volant et la direction étant les principaux indicateurs. Durant la première demi-heure de trajet, l'Attention Assist enregistre tout sur votre façon de conduire et il s'en servira de base de comparaison pour le reste du voyage. Si toutefois l'accident survient, Mercedes s'est assuré grâce à 17 500 crashs tests virtuels et 150 réels que sa nouvelle berline, qui compte notamment 7 airbags, était protectrice.

    Répondre au défi environnemental



    Mais cette nouvelle Classe E illustre également à merveille la volonté de Mercedes de relever le défi environnemental. En attendant une version hybride Diesel qui a été confirmée pour le premier semestre 2011, la gamme actuelle de motorisations, notamment Diesel, brille par sa sobriété. En effet, il était encore difficile d'imaginer, il y a quelques années qu'une berline de cette taille et de ce poids puisse afficher une consommation moyenne de 5,3 litres aux 100 km, pour 139 g de CO2. C'est en partie possible grâce au nouveau bloc 4 cylindres 2,1 litres CDi inauguré il y a peu sur la C 250 CDi (voir JA N° 1065). Avec ce moteur décliné en différents niveaux de puissance grâce notamment à la variable turbo (la 200 CDi affiche 136 ch, la 220 CDi 170 et enfin la 250 CDi 204) la domination du Diesel dans le mix français (95 %) ne risque pas d'être remise en cause. L'ensemble de ces moteurs, dont la consommation a diminué de 23 % par rapport à la précédente génération, répondent déjà aux normes Euro V et il y en a même un qui satisfait déjà la norme Euro VI pourtant pas applicable avant 2014 en Europe. Il s'agit du V6 CDi BlueTec. Même très discrètes dans notre pays, les motorisations essence n'ont pas été oubliées avec l'arrivée de l'injection directe et de la suralimentation sur les 250 et 350 CGi frappées du label Blue Efficiency. Ainsi, la E 250 est équipée d'un quatre cylindres qui affiche 204 chevaux et un couple de 310 Nm pour une consommation qui reste maîtrisée avec 7,3 l en cycle mixte (174 g de CO2). Le V6 de la 350 propose, quant à lui, 292 chevaux et un couple de 365 Nm pour 8,5 l (199 g de CO2).

    La nouvelle Classe E fait donc de belles promesses. Mais la fiabilité devra être au rendez-vous contrairement à la génération précédente. Mercedes affirme que ce sera le cas. Durant la phase de développement une flotte de Classe E a fait plus de 34 millions de kilomètres, soit 850 fois le tour de la terre. Le constructeur n'avait jamais mené un programme d'une telle envergure.

    ZOOM

    La Classe E en France 

    L'histoire de la Classe E débuta en 1947 avec la W136, mais surtout, en 1953 avec l'arrivée de la W120, la Mercedes 180 dite Ponton. Puis la W110, surnommée la "Heck Flosse", c'est-à-dire les "ailes pointues, est apparue en 1962. Malheureusement, nous ne savons pas combien de ces modèles ont été écoulés dans l'Hexagone. La comptabilité sera toutefois tenue à partir de 1968 et la génération W114/115 qui s'est vendue à 67 000 exemplaires. La W123 prit le relais en 1976 pour finalement dépasser la barre des 100 000 unités lors de sa disparition du marché en 1984. La W124, qui allait rester au catalogue jusqu'en 1995, détient toujours le record de ventes d'une génération avec 105 000 unités. C'est d'ailleurs avec elle, en 1993, qu'apparaît l'appellation Classe E. Arrive ensuite la W210, la première avec doubles optiques rondes, qui ne totalisera finalement que 65 000 ventes. En 2002, la W211 débarque. Elle va connaître un début de carrière mouvementé à cause d'une fiabilité perfectible. Cependant, cela n'explique pas la relative faiblesse des ventes à 47 200 unités. Il faut davantage regarder l'évolution baissière du marché des berlines haut de gamme pour comprendre la situation. D'autant que cette Classe E demeure sur la période la première des importées devant la Série 5 (41 000) et l'A6 (35 000).


    Photo : Alors que la S 400 hybride va faire son entrée sur le marché en juin prochain, il faudra attendre le 1er semestre 2011 pour voir arriver la Classe E hybride. Mais cette dernière va marier l'électricité au Diesel.

    Cet Article est extrait de
    Pour le découvrir, cliquez ici
    Ajouter un commentaire
     
    Pour laisser un commentaire,  
     Inscrivez vous 
    Plus d'articles
    ZE : Renault veut garder un temps d'avance

    Après la conversion à l'électrique de la quasi-totalité des constructeurs de la planète à plus ou moins longue échéance, l'Alliance Renault-Nissan, qui reste l'un des pionniers en la matière,

    Une reprise de plus pour By my Car !

    Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

    T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

    Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

    Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

    Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

    Mercedes a dévoilé son pick-up

    Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

    Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

    Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

     
    Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page