Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Dans la peau d’un généraliste

Dans la peau d’un généraliste

Hyundai poursuit sa révolution d'image en lançant le 3e véhicule sous sa nouvelle identité. Après i10 et i30, l'i20 arrive à son tour sur le marché français et espère bien profiter d'un segment toujours porteur pour définitivement...
...gagner ses galons de généraliste.

Jean-Claude Debard, président d'Automobiles Hyundai France, le répète à l'envi depuis près de deux ans : "Nous sommes en train de devenir un constructeur généraliste". Une affirmation qui a pris corps avec l'arrivée d'i30 en 2007, d'i10, l'an dernier, et aujourd'hui avec l'arrivée de la i20. Très attendue, parce que celle-ci concrétise cette mutation de la gamme aux yeux du grand public, notamment grâce à l'émergence de cette "i-family". Car en réalité, avec Atos, Getz, Pony, Accent… le constructeur coréen possède depuis longtemps des véhicules sur les segments qui tirent le marché. La marque se cantonnait pourtant à un rôle de spécialiste. La petite dernière, l'i20, vient donc remplacer la Getz, dont la carrière demeure honorable puisque, en France, plus de 35 000 exemplaires ont été écoulés depuis les débuts de sa commercialisation en 2002. Malheureusement, sur un segment en croissance de 3,5 % en 2008, la Getz a vu ses ventes reculer de 9,5 %. Et si sur le 1er trimestre 2009, la citadine coréenne a représenté 18,7 % des ventes de la marque en France, le constructeur espère bien voir l'i20 lui faire passer un cap sur ce marché. L'objectif de Hyundai est en effet d'atteindre 1,1 % de part de marché en année pleine, contre 0,3 % avec la Getz.


65 % des ventes avec le Diesel


Elaborée à Rüsselsheim, au centre de design européen du constructeur, l'i20 a été fabriquée en Inde. "Conçue en Europe, pour l'Europe", nous dit néanmoins le constructeur, pour témoigner de ses ambitions sur le Vieux Continent. Pour faire mouche, l'i20 se veut donc plus "attrayante" que sa devancière. Notamment grâce à des lignes plus fluides et originales, tout en gagnant en polyvalence, au sein même de l'habitacle. Avec 3,94 m, l'i20 est 11 cm plus longue que la Getz, tout en affichant la même hauteur que cette dernière. Des dimensions qui ont permis de gagner en confort, pour les passagers arrière, mais aussi et surtout de faire progresser le volume du coffre, qui atteint désormais 295 litres.

Si l'i20 affiche jusqu'à 7 motorisations dans son catalogue, seules trois d'entre elles seront disponibles à la vente pour le marché français. Le tout nouveau moteur essence 1,2l 78 ch, d'abord. Les citadines poursuivant aujourd'hui leur diésélisation, puisque les versions mazoutées atteignent aujourd'hui 70 % des ventes du segment B, l'importateur a choisi de ne proposer qu'une seule offre essence, pour deux Diesel. Hyundai commercialise en effet un même bloc Diesel 1,4 l CRDi développant, au choix, 75 ou 90 ch. Ces deux moteurs 4 cylindres devraient représenter 65 % des ventes du modèle, dont 49 % pour la seule version Diesel de 75 ch.


La version 5 portes dès septembre


Au chapitre désormais incontournable du CO2, les émissions n'atteignent que 124 g/km pour le moteur essence et 116 g/km pour les modèles Diesel. Des taux de rejet qui permettent à la marque de se montrer compétitive au niveau tarifaire, puisque ces performances donnent droit à des bonus respectifs de 200 et de 700 euros. La marque offrant, par ailleurs, une prime de 1 300 euros sur l'essence et de 1 600 euros sur le Diesel dès le lancement, le prix d'appel de cette nouvelle i20 s'affiche en dessous des 10 000 euros (9 990), pour le modèle essence 1,2 l et de 12 690 euros pour le Diesel. "Nous allons faire une excellente année en volume", prévient déjà Jean-Claude Debard. La version cinq portes, qui débarquera dans les showrooms français en septembre prochain, devrait l'y aider.


La Hyundai i20 en bref



Date de lancement : Disponible depuis avril

Segment de marché : citadines (Segment B), soit 32 % du marché

Objectifs : 4 650 en 2009, 5 300 en année pleine

Les principales concurrentes de la Hyundai i20 1,4 CRDI 75 Pack Clim (14 990 t) :
Renault Clio 1,5 l dCi70 Expression 5p (15 750 euros),
Peugeot 207 1,4 l HDi70 Trendy 5p (16 000 euros),
Opel Corsa 1,3 l CDTI75 Essentia ecoFlex 5p (14 630 euros),
Seat Ibiza 1,4 Tdi70 Collector Confort 5p (14 410 euros)

Prix :
de 12 190 e à 14 090 euros (Essence)
de 14 990 e à 16 290 euros (Diesel)

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Le groupe Pautric investit à Rennes

L'opérateur vient de consentir un investissement de 8 millions d'euros pour une nouvelle concession BMW/Mini dans la capitale bretonne.

Une reprise de plus pour By my Car !

Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

Mercedes a dévoilé son pick-up

Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page