Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
La chasse au CO2

La chasse au CO2

Avec l'Insignia EcoFlex, seulement 136 g de CO2/km, Opel entend améliorer sa position sur le marché des entreprises.Esthétique, performance et développement durable. Tels sont les trois...
...maîtres mots que le constructeur souhaite voir associer à l'Insignia EcoFlex, le navire amiral de la gamme EcoFlex. Cette nouvelle berline, dotée systématiquement d'un filtre à particules, affiche en tout cas des niveaux élevés de performances dans plus d'un domaine : elle est dotée d'un turbodiesel common rail développant 160 ch, ne consomme que 5,2 l en cycle mixte, affiche un Cx de 0,26 et ne dégage que 136 g de CO2/km. Elle se place donc dans la zone neutre du bonus-malus et affiche une TVS de seulement 680 euros (à 141 grammes de CO2/km, elle aurait été de 1 410 euros). "Nous avons beaucoup travaillé sur l'aérodynamisme et la motorisation", explique Volker Scharf, Global Véhicule Chief Engineer chez Opel. Les ingénieurs de la marque ont notamment reconfiguré le déflecteur de réservoir, rabaissé l'assiette du véhicule, obturé un peu plus sa calandre et développé des pneumatiques à faible résistance au roulement en partenariat avec des équipes de Michelin. Ils ont aussi cherché à remédier à toute perte d'accélération en raccourcissant les démultiplications des premiers et seconds rapports et fait en sorte de réduire le régime moteur et la consommation de carburant en rallongeant le rapport final de la boîte manuelle à six rapports. "L'Insignia EcoFlex héberge en outre le système CleanTech", relève Massimo Giraud, assistant Chief Engineer EcoFlex CO2 chez Opel. Il s'agit ni plus ni moins que d'un système permettant d'adapter en temps réel l'injection de carburant au déroulement de la combustion, ledit système, développé par le centre technique GM Powertrain à Turin et à Rüsselsheim, étant monté pour la première fois sur le moteur Diesel de l'Insignia EcoFlex. "Il améliore la combustion du véhicule", poursuit Massimo Giraud.


"L'Insignia EcoFlex vise les professionnels"


Ses acquéreurs peuvent en outre accéder à une multitude d'équipements et d'éléments de sécurité dans les trois finitions (Edition, Cosmo et Cosmo Pack). Tous les modèles sont dotés d'ordinateurs de bord, de six airbags, du répartiteur électronique de freinage (EBD) et de l'ESP. Les utilisateurs des versions Cosmo et Cosmo Pack bénéficient en plus du système de reconnaissance de panneaux de signalisation Opel Eye, ceux de la seule version Cosmo Pack étant aussi équipés de la solution d'éclairage intelligent AFL+. Bref, autant dire que le constructeur souhaite s'appuyer sur l'ensemble de ces caractéristiques afin de convaincre une catégorie de clientèle en particulier.


"Les ventes à particuliers ont très bien fonctionné"


"L'Opel Insignia EcoFlex vise plus particulièrement le marché des professionnels, indique Philippe Peyrard, le directeur des ventes aux entreprises et VU de GM France. Nous estimons que les entreprises françaises devraient nous en commander un millier d'ici à la fin de l'année, l'Insignia devant faire l'objet de 8 000 ventes dont 3 500 aux professionnels sur 2009." L'exercice en cours n'en sera pas moins difficile pour le constructeur auprès du seul segment entreprises : ses ventes y ont fortement chuté sur les cinq premiers mois de l'année (- 25 % au niveau des seuls VU). Opel ne s'attend pas à faire plus de 30 000 ventes à sociétés sur 2009 dans l'Hexagone (43 000 en 2008). "Nos ventes à particuliers ont en revanche très bien fonctionné, poursuit Philippe Peyrard. Sur les cinq premiers mois de l'année et dans ce seul segment, nous avons commercialisé de 2 000 à 3 000 véhicules supplémentaires par rapport à la même période de 2008." Tous segments de clientèle et tous modèles de véhicules confondus (VP et VU), Opel espère totaliser cette année de 80 000 à 90 000 ventes en France.


L'insignia 2.0 CDTi 160 ch EcoFlex en bref



Date de lancement : Disponible

Segment de marché : Berlines M2

Objectifs 2009 : 1 000*

Les principales concurrentes :
Citroën C5 2.0 HDi 140 FAP Dynamique : 27 900 euros ;
Renault Laguna 2.0 dCi 150 FAP Expression : 28 700 euros ;
Ford Mondeo 2.0 TDCi 140 DPF Titanium 5 p : 30 000 euros

Prix : de 27 350 euros à 31 450 euros - Diesel (4 et 5 portes)

* 8 000 Insignia, les entreprises devant s'en accaparer 3 500.
Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
ZE : Renault veut garder un temps d'avance

Après la conversion à l'électrique de la quasi-totalité des constructeurs de la planète à plus ou moins longue échéance, l'Alliance Renault-Nissan, qui reste l'un des pionniers en la matière,

Une reprise de plus pour By my Car !

Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

Mercedes a dévoilé son pick-up

Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page