Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Envie de volume

Envie de volume

Après la berline et le coupé, la Classe E est aujourd'hui disponible en break. Cette dernière conserve les performances, notamment environnementales, de ses sœurs en y ajoutant une capacité de chargement pouvant...
...atteindre 1 950 litres ! Mercedes compte doubler la part du modèle dans ses ventes.

Après la berline et le coupé, au printemps dernier, voici le break, la troisième carrosserie de la gamme E. Un break devenu incontournable depuis 1961 dans la gamme, mais avec des résultats commerciaux pas forcément à la hauteur. En effet, avec 1 million de ventes depuis 1961, cette carrosserie ne pèse pas lourd face aux 10 millions de berlines E vendues depuis 1947 ! Pour autant, Mercedes ne renonce pas. Même constat en France, où Roland Schell, directeur général de la marque en France, espère doubler la part de ce modèle dans la gamme E. Une ambition qui n'a rien d'impossible car jusqu'ici le E break ne représentait que 5 % des ventes du modèle ! Mercedes va-t-il enfin réussir à imposer cette 5e génération de Classe E break comme Audi a pu le faire avec l'A6 Avant ?

Pour ce faire, le constructeur va s'appuyer sur le contenu et le succès de la berline mais aussi sur les évolutions du marché. Car pour Werner Kirchen, en charge du développement VP de Mercedes-Benz, "la voiture de luxe n'est pas morte ! La preuve : la S500 Plug-in présentée à Francfort affiche de meilleures performances environnementales qu'une Smart CDi !" Cependant, au-delà de ce grand écart, l'ingénieur a surtout mis l'accent sur les efforts déployés dès aujourd'hui pour que ces voitures de luxe restent en prise avec le marché et la réalité. Pour lui, cela se matérialise avec le label BlueEfficiency qui concerne déjà 58 modèles de la marque. En 2010, ce nombre passera à 76, soit près de la moitié du portefeuille produits du constructeur de Stuttgart.


Seulement 150 g de CO2/km pour la 250 CDi


Filant la métaphore "Star Trekienne", Werner Kirchen revient sur la Classe E break : "La flotte impériale compte un nouveau vaisseau spatial !" Sans doute un vaisseau cargo car cette nouveauté peut offrir jusqu'à 1 950 litres de volume de chargement. Argument essentiel pour un break, cet espace ne le transforme toutefois pas en utilitaire pur et dur dénué de charme. Cette génération est incontestablement plus réussie que la précédente. Reprenant les codes stylistiques de la berline (JA N°1079) et du coupé (JA N°1083), avec notamment ces ailes arrière inspirées de la Ponton de 1948, le break bénéficie également de tous les équipements de confort et de sécurité déjà vus dans la famille. PreSafe, Brake Assist, Distronic Plus, vision nocturne, Speed Limit Assist, Assistant Assist, etc. rien ne manque ! Mais break oblige, elle y ajoute un vrai sens pratique et de la modularité. Malheureusement les bagages ne se rangent pas encore seuls dans le coffre, mais Mercedes a tout fait pour faciliter cela avec notamment le Easy Pack Quickfold (pour rabattre les sièges de rang 2 depuis le coffre), un plancher repliable et compartimentable ou le hayon électrique. Notons également la suspension pneumatique à l'arrière mais aussi deux sièges d'appoint en troisième rangée qui peuvent accueillir des enfants jusqu'à 1,40 m et pesant maximum 50 kg.

Les mécaniques seront d'autres incontestables atouts avec des consommations et rejets en baisse. En effet, avec le 4 cylindres Diesel que Mercedes généralise sur ses gammes, ce nouvel opus se contente de 5,7 l aux 100 km (220 et 250 CDi) soit 150 g de CO2 rejetés par km. Une baisse pouvant atteindre jusqu'à 20 %. Deux mécaniques qui seront sans nul doute des best-sellers. Et comme une bonne nouvelle n'arrive jamais seule, ces versions 4 cylindres Diesel, plus efficaces mais aussi mieux équipées, se monnayent 400 euros de moins que la génération précédente. Cela paraît presque dérisoire face aux 50 000 euros demandés, mais cela prouve que Mercedes a voulu que ce break soit davantage compétitif en réduisant l'écart avec la concurrence sur ce plan-là.

Cette 5e génération de Classe E break semble donc bien armée pour atteindre ses objectifs en espérant que le projet de break de chasse, annoncé par le concept Fascination, ait résisté à la crise.

La classe E break en bref



• Date de lancement : 21 novembre

• Segment de marché : Break premium

• Objectif : 10 à 15 % du mix Classe E

• Principales concurrentes de la E 220 CDi Elegance 170 ch BM6 : 49 000 €
Audi A6 Avant 2.0 TDi 170 ch Ambition Luxe : 45 300 €
BMW 525d 177 ch Exellis : 46 900 €

• Prix :
de 60 900 € à 77 100 € (Essence)
de 44 000 € à 58 900 € (Diesel)

Photo : Malgré une longue tradition, la Classe E break n'a pas vraiment connu le succès en France. Avec la génération précédente, seulement 5 % des ventes de E étaient des breaks. Le constructeur veut grimper au minimum à 10 %.

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Le groupe Pautric investit à Rennes

L'opérateur vient de consentir un investissement de 8 millions d'euros pour une nouvelle concession BMW/Mini dans la capitale bretonne.

Une reprise de plus pour By my Car !

Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

Mercedes a dévoilé son pick-up

Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page