Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Entre espace et sobriété

Entre espace et sobriété

Skoda équipe désormais l'Octavia du 1.6 TDI Common Rail d'une puissance de 105 ch, systématiquement équipé d'un FAP. Résultat : l'Octavia consomme encore moins et elle est encore plus respectueuse de l'environnement, aussi...
...bien dans sa version berline que combi.

Skoda n'est vraiment pas prêt de stopper la production de l'Octavia. Ce véhicule reste l'un des modèles-phare de la marque et il continue de séduire nombre de PME-PMI, ces dernières participant à environ 40 % de l'ensemble de ses ventes dans l'Hexagone. Rien d'étonnant donc si la marque a souhaité franchir un palier en équipant ce modèle du nouveau moteur diesel, 1.6 Tdi Common Rail, se voulant beaucoup moins "rustique" que l'ancien 1.9 TDI. Il se veut en tout cas très sobre en termes de consommation et d'émissions de CO2 : il ne consomme en cycle mixte que 4,5 l/100 km et ne rejette que 119 grammes de CO2/km, ce qui lui donne droit à un bonus écologique de 700 euros. Les plus exigeants des automobilistes ou responsables de flottes peuvent pourtant encore abaisser toutes ces données - à l'exception du bonus écologique bien sûr - s'ils s'équipent du dérivé GreenLine de l'Octavia 1.6 TDI 105 ch Common Rail FAP. En effet, les niveaux de consommation en cycle mixte et rejets moyens d'oxyde de carbone sont de respectivement 4,4 l/100 km et 114 grammes. Des performances  obtenues via de nombreuses adaptations (optimisation aérodynamique au niveau du soubassement, modification des équipements de série afin de gagner du poids, installation de pneus présentant une moindre résistance au roulement…). Bref, autant dire que ce dérivé, disponible aussi bien dans la version berline que combi de l'Octavia, s'avère très intéressant pour les entreprises faisant la chasse à la TVS. Un intérêt qui devrait bien évidemment se renforcer avec la modification des tranches d'émissions de CO2 prévue pour début 2010. Une année 2010, où Skoda compte gagner des parts de marchés dans les ventes à sociétés. "Nous fondons beaucoup d'espoir sur les ventes à sociétés", confirme Sébastien Rémy, chef du service ventes entreprises et administration des ventes de Skoda, les ventes à sociétés de la marque reposant sur son réseau mais aussi sur un département spécifique et multimarques du groupe Volkswagen (il intervient au niveau des grands comptes et des loueurs longue durée). Les choses semblent en tout cas plutôt bien parties pour Skoda : la marque a déjà procédé à plus de 3 800 ventes à sociétés depuis début 2009. "Nous sommes en phase avec notre objectif", se réjouit Sébastien Rémy, ledit objectif étant d'atteindre les 4 600 ventes à sociétés d'ici fin 2009. A cette date, la marque devrait avoir vendu quelque 1 800 véhicules à des artisans taxis et 1 200 à des sociétés à proprement parler (PME, PMI et TPE). Les grands comptes et loueurs longue durée devraient eux en avoir commander de 800 à 900 et les loueurs courte durée de 600 à 700.


2 000 VO revendus chaque année au réseau


"Nous avons surperfomé auprès des artisans taxis grâce au lancement de la Superb et nous avons constaté que de plus en plus de gestionnaires de flottes cherchaient à diversifier leur car-policies en référençant des modèles de la marque", souligne Sébastien Rémy.
Une chose est sûre : la marque se donne les moyens de continuer à percer le marché des professionnels. N'a-t-elle pas récemment scellé un partenariat avec le groupe Gruau afin que son réseau puisse proposer à ses clients des véhicules transformés (Fabia, Fabia Combi et Roomster, notamment) ? Ne travaille-t-elle pas aussi à l'exploitation d'une éventuelle transposition en droit français d'un décret européen autorisant la transformation d'un VP en VU (il permettrait aux entreprises de se passer de plafonds d'amortissement et de ne plus avoir à payer de TVS !) ? "Nous contrôlons aussi de très près nos volumes de vente aux loueurs courte durée", indique Sébastien Rémy. Il s'agit ici de maîtriser la valeur résiduelle des véhicules, la marque assumant systématiquement le buy-back dans ses relations avec les loueurs courte durée. Le réseau doit par ailleurs pouvoir les absorber. "Nous lui revendons chaque année quelque 2 000 VO", indique Benoît Blanckaert, responsable activité VO et comptes spéciaux de Skoda. Ces véhicules, sont re-commercialisés par le réseau auprès de particuliers à hauteur de 99 %. "Nous comptons toutefois continuer à industrialiser nos process de revente VO", conclut Benoît Blanckaert. Skoda a déjà mis à la disposition de son réseau un site Web de négoce et un logiciel de suivi et valorisation de stocks (Planet VO).

L' OCTAVIA en bref



Date de lancement : disponible

Segment de marché : Berline

Objectifs : 250 en 2009 et 370 en 2010

Principales concurrentes (de la version Berline) :
Renault Laguna 1.5 dCi 110 Eco2 Authentique (23 800 euros),
Peugeot 407 1.6 HDi 110 Confort Pack FAP (24 350 euros)

Prix :
23 770 euros (Berline)
24 870 euros (Combi)


Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Ventes/France : la

Alors que la croissance des immatriculations s'est accélérée en novembre, avec un gain de 8,5%, la contribution à ce résultat des ventes tactiques explique en partie ce phénomène.

Une reprise de plus pour By my Car !

Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

Mercedes a dévoilé son pick-up

Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page