Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Smart Forfour : Bourgeoise au caractère impétueux

Smart Forfour : Bourgeoise au caractère impétueux

Que devient une Smart Forfour entre les mains d'un préparateur comme Brabus ? Une gentille bourgeoise bien élevée au caractère impétueux dont le moteur 1,5 l aux 177 ch fait la part belle aux performances. Ce ne sont pas les difficultés financières qui font revenir Smart à la Une de...

...l'actualité (JA n° 913), mais la nouvelle Forfour Brabus. D'un côté, la marque du groupe DaimlerChrysler est synonyme de véhicule compact, moderne, et reste une cible pour une clientèle bourgeoise bohême. D'un autre côté, Brabus est à Smart ce que AMG est à Mercedes. Un spécialiste pour transformer certains modèles du groupe en versions musclées et aux performances éclatantes. L'union de la marque et du préparateur a donc accouché d'une 4 places des beaux quartiers au caractère bien trempé. La Forfour Brabus est équipée d'un moteur turbo quatre cylindres de 1,5 l développant 177 ch pour un poids à vide dépassant de peu la tonne (1 090 kg). Les performances sont évidemment au rendez-vous. Celle qui s'apparente à une jeune fille bien élevée se révèle être en réalité une diablesse : 221 km/h en vitesse de pointe et pas plus de 6,9 secondes pour atteindre, avec une boîte 5 rapports, les 100 km/h. Une vitesse qu'il est possible d'atteindre dès le deuxième rapport. "La puissance du moteur est transférée à la transmission qui bénéficie d'une mise au point spéciale pour ce moteur suralimenté par l'intermédiaire surdimensionné", a expliqué le constructeur. Autant de puissance pour aussi peu de poids confère au conducteur de belles sensations. Si, lancée à pleine vitesse, la Forfour Brabus, telle une grosse berline, atteint sans broncher les 200 km/h, c'est avant tout sur routes sinueuses que la petite allemande donne sa pleine mesure. Ses jantes de 17'' chaussées de pneus 205/40 R à l'avant et 225/35 R à l'arrière, ses suspensions raffermies et abaissées, et son châssis lui donnent une assise imperturbable. On peut s'en donner à cœur joie avec cette petite dévergondée. La Forfour Brabus attaque la route à haute vitesse, mord l'asphalte tout en offrant un confort et une agilité étonnants, et une stabilité rassurante.

Une motorisation de feu pour un habillement extérieur intérieur discret

Hormis sa motorisation de feu, la Smart 4 places n'affiche pas son caractère impétueux de l'extérieur. Ou si peu. Loin d'être ostentatoire, le design contraste quelque peu. Tant mieux. La Forfour Brabus arbore deux inserts en grille losangée dans la calandre, une double sortie d'échappement, des jupes latérales, un becquet de toit et, à la poupe, un discret lettrage au nom du préparateur. Question coloris, les originaux n'auront pas le choix. Le constructeur ne laisse opter que pour le gris argenté ou la sobriété du noir. A l'intérieur, place à l'univers Smart. Le tableau de bord de couleur noire est parsemé de couleur argentée, notamment sur les commandes au volant, celles de chauffage et de ventilation. Le petit pommeau de levier de vitesses, la poignée de frein à main ou encore le pédalier sont quant à eux en aluminium. Les sièges en cuir noir cousus de fil argent sont d'un agréable confort pour un véhicule à tendance très sportive. La Smart Forfour Brabus est bel et bien une fille de la route, mais aux exigences élevées puisqu'elle est tout de même accessible à partir de 25 900 euros. La marque espère en commercialiser 135 unités sur l'année 2005, dès son lancement en mai prochain. Mais c'est aussi une question d'image qui est en jeu. La marque a tablé sur un objectif de 15 000 unités pour cette année (contre 12 721 en 2004). La Forfour Brabus apportera sa pierre à l'édifice, mais pas autant que les Forfour Diesel ou encore le nouveau 1 000 cm3 de 64 ch qui équipera par ailleurs la Fortwo dès mai prochain. Quant au réseau, son développement continue : trois Smart Centers viennent d'ouvrir leurs portes à Aurillac (15), Montauban (82) et la Rochelle (17), portant le nombre de points de vente en France à 68.

Tanguy Merrien

Voir aussi :

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Véhicules étendus : Bruxelles veut élargir l'accès des données

La Commission européenne vient d'annoncer qu'elle pourrait mettre en place une réglementation relative aux véhicules dits étendus, si l'accès aux serveurs d'hébergement des données n'était pas suffisamment

Ventes VN : l’essence s’affirme, le Diesel décline

Les immatriculations françaises de voitures Diesel reculent de 11 % depuis janvier. Un repli dont profitent les modèles essence et hybrides, en forte progression.

Rendez-vous en 2018

Votre newsletter quotidienne fait une pause hivernale. La rédaction du Journal de l'Automobile vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d'année. Retrouvez-nous dès le 2 janvier 2018 !

Peugeot sur la piste des Genius

Une expérimentation a lieu dans le réseau français de Peugeot. Sur un modèle proche des Genius de BMW, la marque souhaite évaluer la pertinence de conseillers en amont du parcours d'achat.

Mitsubishi se positionne déjà dans l'Alliance Renault-Nissan

Depuis le Tokyo Motor Show, Mitsubishi a précisé les contours de son intégration dans l'Alliance, son apport s'articulant notamment autour de quatre axes. Trevor Man, COO de Mitsubishi Motors nous en dit plus.

PSA va lancer Distrigo sur le marché chinois

Après l'Europe et l'Amérique du Sud, la marque tricolore rassemblant l'ensemble de l'offre en pièces de rechange multimarques du groupe PSA fera son apparition en Chine d'ici la fin de l'année.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page